Beiträge in anderen Sprachen

About me

When I was ten, I had my first experience with radio communication. I had saved money to buy two walkie talkies and I became so fascinated by the possibility to communicate without a cord that I immediately started to save more money for a device with a longer range. When I was twelve years old, I started operating my first radio room with a range of about 20 miles. But soon that was not enough for me either. I was told that it is possible to take a test for non-professional radiocommunication service, and once one passes the test, one is allowed to radio all over the world. However, I had to wait until I was 14, which is the minimum age for taking this test. In the meantime, I gained further experience with radio technology and electronics. When I was old enough, I passed the test on the first attempt.
Sommer 1992: Uli Weiner telefoniert mit einem Siemens P1 über das neue D1 Netz der Telekom. Im Vordergrund sein Funkfahrrad

Summer 1992: Uli Weiner using a Siemens P1 and the new D1 net of the German Telekom. In front of the tree his radio bicycle.

Since then I have had a radio amateur license and could communicate all over the world, theoretically. However, I could not afford the necessary equipment and thus had to start saving again. To speed up this process I worked in different jobs. I got the opportunity to install in-car telephones after school, which I enjoyed a lot, especially because I could work with the latest models of mobile phones. That is how it became absolutely clear that this was what I really wanted to do and I started an apprenticeship in communication electronic technology, specialization radio communication.

In my last year as an apprentice, when I was 18 years old, I applied for a trade license and founded my own company. First, I sold mobile phones and the first cell phones, later I added ISDN telephone systems. Demand was high and so my business grew very quickly. When I was 20, I had about 20 employees. I worked primarily with customers in the field service and thus used in-car telephones and cell phones frequently. My car was nicknamed „Hedgehog“ because it always had between 7 and 15 antennas on the roof, depending on what I was testing. The name was absolutely justified since I had built in everything that was technically possible at that time. There was a fax as well as a mobile internet access. Compared to what is possible today, it was in fact extremely slow and in those days not that important as all communication was operated by fax and telephone.

Throughout this, I never considered health effects, believing that if it was dangerous, it would not be allowed. Only when the digital D-net was implemented, some doctors and technicians warned me that there was no proof that the digital radio technology is innocuous. I heard these warnings frequently, but did not care and continued using my cell phone excessively. This went on very well for several years, until one day I could not concentrate any more after using the mobile. First I was always in denial and started my own tests. I abstained completely from using my mobile for several days to find out if that had anything to do with my concentration. And in fact, on those days without my mobile I could concentrate better and got a lot more work done than on days when I used my mobile. I tried this repeatedly for several months until I had to admit that there was a clear connection. I decided to re-structure the whole company so that we could work without mobiles. This worked very well and we not only managed to work without using the mobile, but we also increased our performance and sales volume.

Unfortunately mobiles were rapidly popularizing and more and more cell phone towers were being built. I soon had to experience what it means to phone passively. Each time someone used his mobile near me, I had exactly the same symptoms as if I used the mobile myself. Consequently I
had to learn how to avoid this. At first this was fairly easy because in most buildings you had no reception and people had to go outside to make a phone call. But with the increasing network expansion it became more and more difficult and I started to have problems when I was near transmitters.

In 2002, this culminated in a severe physical breakdown in the Frankfurt Airport. I was just retrieving my baggage at the baggage claim when suddenly I got a massive sight disorder, followed by lalopathy and cardiac arrhythmia. I was taken to hospital and there everything was well documented. My breakdown had been caused by the heavy microwave radiation produced by the many transmitters at the airport.

I soon realized that I couldn’t continue my life in the same way as before. When I was released from hospital, I tried to recover at home, but to no avail. As soon as I was strong enough, I took my car and drove into the woods. I stayed there overnight trying to catch some sleep in the back seat. And it seemed like a miracle that on the third day I felt strong enough to return to my office and resume work. At night I took all available measurement equipment from the company with me into the woods. Indeed: there was no cell phone reception, no TV and only a very weak radio signal. As I first did not want to believe that some radio system could have such an effect on my body, I repeated these kinds of tests several times. And it became more and more clear to me that the digital pulsed radio does not agree with biological systems. I started to do some research and found lots of studies over the years that proved all this. Additionally I got to know lots of people similarly concerned with the effect that radio waves have on the human body. Originally, these were mainly technicians, engineers and operating personnel of transmitters. But in the course of the years, more and more people from non-technical backgrounds were involved. They all had something in common: They either lived near a cell phone tower, or they had a transmitter in their own house without knowing it, e.g. a wireless telephone and / or WiFi. To spread my knowledge, I started giving public lectures and warning the unsuspecting people of the dangers of cell phone and radio systems.

For my health, I decided to buy a caravan and to live in it in one of Germany’s few quiet zones. That is how I recovered so that I could at least temporarily return to irradiated areas. Additionally, I always wear my radiation protection suit when I leave the quiet zone. Because of the fast network expansion and the advanced stage of my disease I was no longer able to keep up my business. I had to dismiss all my employees and give up all business activity. My friends and supporters give me everything I need to live successfully in the woods.

In spite of all these circumstances, it is important to me to do all the work I do now honourably. Most important to me are children and teenagers, who use this technology to a large extent and therefore often fall ill not understanding that their illness comes from their beloved mobile. This is why I use most of my remaining strength to promote education in schools. Secondly, I work to preservequiet zones because I believe it is extremely important to allow people affected by the radio waves to live a dignified life, free of radio and mobile waves. Most of them would be able to hold their jobs if only they could move to a quiet zone. The burden that lies on families with a member affected by these waves would be eased, too. In order to accomplish this task and to have other people for support, I founded together with others the Alliance for Spaces Without Radiation (Aktionsbündnis für Strahlungsfreie Lebensräume e.V., www.ab-strahl.de). More and more people concerned come together there, as well as people who do not want to be harmed by this technology. Further details about my life and my work can be found on this internet site.

More in English

A propos de moi

Die Lebensgeschichte von Ulrich Weiner auf Deutsch

A propos de moi

A l’âge de 10 ans, j’ai fait mapremière expérience avec la radiocommunication. J’avais épargné mon argent de poche pour acheter deux talkies-walkies et la possibilité de communiquer sans fil me fascinait tellement que j’ai immédiatement recommencé d’épargner pour un appareil avec une portée plus longue. A l’âge de 12 ans, j’y étais arrivé : j’ai inauguré ma première station radio avec une portée d‚environ 30 kilomètres. Mais peu après, cela aussi ne me suffisait plus. J’ai appris d’un ami qu’il était possible de passer, en tant que radioamateur, un examen de service de radio à la poste fédérale allemande de l’époque. Quand on y réussissait, on recevait alors l’autorisation d’envoyer des messages par radio dans le monde entier. Ma décision a été prise soudainement, je devais cependant attendre jusqu’à ce que j’eusse atteint l’âge minimum de 14 ans. J’ai profité de ce temps-là en acquérant plus d’expériences dans le monde de la radiotechnique et l’électrotechnique. Le meilleur exemple pour mes ambitions techniques, c’était la transformation qu’a subi mon vélo. Quand j’ai finalement passé l’examen, j’y ai réussit la première fois.

Sommer 1992: Uli Weiner telefoniert mit einem Siemens P1 über das neue D1 Netz der Telekom. Im Vordergrund sein Funkfahrrad

Eté 1992 : Ulrich Weiner utlisant un P1 de Siemens et le nouveau réseau D1 de la Telekom, au premier plan son vélo.

A partir de ce moment-là, je possédais une licence de radioamateur et je pouvais, théoriquement, émettre des messages par radio dans le monde entier. A l’époque, je ne disposais cependant pas des moyens financiers pour acheter les appareils qu’il aurait fallu pour cela, donc j’ai de nouveau commencé à épargner. En vue d’atteindre mon but plus vite, j’ai brigué plusieurs emplois, ce qui m’a, entre autres, donné la possibilité d’installer des téléphones de voiture pendant mes loisirs. Cela me faisait bien sûr beaucoup de plaisir, et de plus, j’avais toujours à faire avec les derniers modèles de téléphones portables. Il est vite devenu évident que c’était mon truc, alors je suis entré à l’âge de 16 ans en apprentissage d’électronicien de communication dans le secteur de la radiotechnique. Pendant ma dernière année d’apprentissage, j’ai demandé une licence et j’ai fondé à l’âge de 18 ans ma propre entreprise. Au début, je vendais des téléphones mobiles et les premiers portables. Plus tard, aussi des systèmes RNIS. La demande était élevée, donc nous nous sommes rapidement agrandis. Quand j’avais 20 ans, j’employais déjà 20 salariés. Moi même, je rendais surtout visite à la clientèle, et par conséquent, j’utilisait fréquemment les téléphones de voiture et le portable. On appelait ma voiture « l’hérisson » parce que j’avais fixé entre sept et quinze antennes sur son toit, selon ce que j’étais en train de tester. Ce sobriquet était assez convenable, car j’y avais installé tout ce qui était techniquement possible à l’époque. Il y avait un téléfax ainsi qu’un accès Internet mobile. Toutefois, ce dernier était très lent, comparé à notre époque, et il n’était pas aussi important, comme la plupart de la communication se déroulait par fax ou téléphone. Je ne réfléchissais jamais aux conséquences possibles de la radiotechnique, car je pensais que si c’était dangereux, ce serait certainement interdit.

Seulement en ce qui concernait l’introduction des réseaux de téléphonie numérique mobile sur couverture européenne, des médecins et des techniciens aux alentours de chez moi me mettaient toujours en garde contre la radiotechnique numérique, en disant qu’il n’y avait pas d’épreuve scientifique qu’elle était sans risques. Bien que j’aie entendu cela assez souvent, je continuais à téléphoner avec mon portable sans penser à mal. Et tout se passait bien pendant beaucoup d’années, jusqu’au moment que j’ai commencé à être déconcerté dès que j’avais téléphoné. D’abord, je ne voulais pas l’admettre et je me suis fait subir plusieurs tests. Par exemple, j’ai renoncé complètement au portable pendant quelques jours pour voir s’il y avait un rapport avec ma concentration ou non. Et effectivement, aux jours où je renonçait à mon portable, j’arrivais à me concentrer beaucoup mieux et à être plus performant qu’aux jours où je l’utilisait. J’ai fait ces essais au cours de plusieurs semaines jusqu’à ce que j’aie dû avoué qu’il y existait une nette relation. J’ai pris la décision de restructurer l’entreprise de telle sorte que nous pouvions travailler sans portables. Cela s’est passé très bien, et grâce à quelques optimisations, nous avons réussit non seulement à supprimer les portables complètement, mais aussi à augmenter notre productivité et le chiffre d’affaires.

La caravane d'Ulrich dans une des dernières zones blanches.

La caravane d'Ulrich dans une des dernières zones blanches.

Malheureusement, les portables s’imposaient de plus en plus et on implantait toujours plus d’antennes-relais. J’ai ainsi appris ce qu’il veut dire de téléphoner passivement. Chaque fois que quelqu’un téléphonait près de moi, j’avais exactement les mêmes symptômes comme si je téléphonais moi-même. En conséquence, il me fallait trouver des possibilités d’éviter ces situations. Au début, ce n’était pas très difficile, comme il n’y avait pas encore de réception du portable dans la plupart des immeubles, et on devait toujours sortir pour passer un coup de fil. A cause d l’extension du réseau croissante, j’avais de plus en plus de difficultés, et mon état physique s’aggravait chaque fois que je m’approchait d’un transmetteur. En 2002, tout a atteint son apogée à l’aéroport de Francfort où j’ai subi un effondrement total. J’étais en train de prendre mes bagages du tapis roulant quand j’ai soudain eu des troubles visuels, suivis d’arythmies cardiaques et de troubles du langage. J’ai été hospitalisé et les médecins ont tout consigné en détail. C’était l’exposition au rayonnement micro-ondes élevé produit par les nombreux transmetteurs dans l’aéroport qui avait causé mon collapsus. Je me suis vite rendu compte que je ne pouvais pas continuer à vivre comme avant. Quand je suis sorti de l’hôpital, j’ai essayé de me remettre à la maison, mais sans succès. Dès que je me sentais assez fort, je me suis rendu dans les bois en voiture. J’y ai passé la nuit tant bien que mal sur la banquette arrière. Et c’était à peine croyable, mais après deux jours dans la forêt, je me sentais tellement redressé que j’étais capable d’aller au bureau et de reprendre mon travail le troisième jour. Le soir, j’ai emporté tous les appareils de mesure que mon entreprise possédait, et j’ai constaté qu’il n’y avait effectivement pas de couverture réseau pour les portables ni de réception de télévision, et que la réception de radio était très faible. Comme je n’arrivais justement pas à croire que des systèmes radio avaient un tel impact sur mon corps, j’ai recommencé ce genre de tests plusieurs fois. Il devenait de plus en plus évident : les radiations numériques ne conviennent pas aux systèmes biologiques. J’ai décidé d’examiner cela de plus près, et au cours des années, j’ai trouvé de nombreuses études attestant ma théorie. De plus, j’ai fait la connaissance d’autres personnes concernées. Au début, il s’agissaient surtout de techniciens, d’ingénieurs et du personnel des transmetteurs. Mais au fil des ans, de plus en plus de personnes n’ayant rien à faire avec la technique se sont mêlées à nous. Pourtant, toutes avaient quelque chose en commun : elles vivaient près d’un transmetteur ou elles avaient, sans le savoir, un propre transmetteur dans la maison, par exemple sous forme d’un téléphone sans-fil DECT ou/et un accès Wi-Fi. Pour faire circuler ces connaissances, j’ai commencé à tenir des conférences publiques et de prévenir mes concitoyens ne se doutant de rien.

En vue de réfréner la déperdition de mes forces, j’ai acheté une caravane dans laquelle je pouvais vivre dans les rares zones blanches d’Allemagne. Ainsi, j’ai la possibilité de me remettre pour rentrer au moins un certain temps dans des zone irradiées. Je porte toujours mon costume de radioprotection quand je quitte la zone blanche. A cause de l’extension rapide du réseau et l’évolution de ma maladie qui cela entraînait, je n’était plus capable de diriger mon entreprise. J’ai dû licencier tous mes employés et cesser l’activité commerciale. Je vie de ce que m’offrent mes amis et les gens qui souhaitent me soutenir. Malgré ces circonstances, il est très important pour moi de faire tout mon travail bénévolement. Ce sont notamment les enfants et les ados qui me tiennent à coeur, parce que maintenant, ils se servent le plus de ces technologies dangereuses et parce qu’ils tombent de plus en plus souvent malades sans savoir que leur portable adoré en est la cause. J’investie la plupart de mes forces restantes dans le travail d’information aux écoles. En second lieu, je lutte pour la préservations des dernières zones blanches pour permettre aux personnes souffrant de l’irradiation de mener une vie digne d’un être humain. Beaucoup de personnes pourraient continuer à exercer leurs métiers si elles pouvaient déménager assez tôt. De plus, la charge qui pèse sur les familles des personnes concernées serait plus facile à assumer pour tous. Afin de venir à bout de cette tâche et de partager la responsabilité, j’ai fondé avec d’autres personnes l’alliance active pour des espaces sans radiations (Aktionsbündnis für Strahlungsfreie Lebensräume e.V., www.ab-strahl.de). Cette association regroupe des électrosensibles et ceux qui ne veulent pas être exposés aux radiations nocives. On y a également besoin de toute sorte de soutien et d’aide. Vous trouvez d’informations supplémentaires quant à ma vie et mon travail sur ce site Internet.

Des informations en français

My story in English

Die Lebensgeschichte von Ulrich Weiner auf Deutsch

Comment puis-je savoir où se trouve la prochaine station d`émission de communication mobile/ le prochain mât?

Pour la France: http://www.cartoradio.fr

Pour l´Autriche: www.senderkataster.at

Pour le Tirol du Sud: http://www.silbernagl.biz/HauptseiteMobilfunkauswahl.htm

Pour le Danemark: http://www.mastedatabasen.dk/WebForm/ResultOnMap.aspx

Pour la Suisse: http://www.funksender.ch/webgis/bakom.php?lang=de

Pour l`Allemagne: http://www.bundesnetzagentur.de au secteur de l`EMF-Monitoring

Pour les Pays-Bas: http://www.antenneregister.nl/www/tpl/frameset.html

Pour le Royaume-Uni et l´Irlande du Nord: http://www.sitefinder.ofcom.org.uk

S1: Ondes vous êtes cernés

Four à micro-ondes, wifi, téléphone portable… Nous évoluons en permanence dans un bain d’ondes. Certaines personnes développent des symptômes

1 3 4 5

  Frankreichfrançais

   

  Großbritannienenglish

   

  Hollandnederlands

   

  Italienitaliano

   

  Russlandpусский

   

  Russlandespañol

   

  Rumänienromânâ

   

  Israelעברית